Votre navigateur est obsolète.

Internet Explorer n'est plus supporté. Veuillez passer à un navigateur plus récent afin de pouvoir utiliser pleinement le site.

Votre contact local en

Nous nous réjouissons de votre demande

Données personnelles

Veuillez remplir le champ obligatoire

Veuillez remplir le champ obligatoire

Veuillez remplir le champ obligatoire

Veuillez indiquer une adresse e-mail correcte

Veuillez remplir le champ obligatoire

Veuillez remplir le champ obligatoire

Veuillez remplir le champ obligatoire

Sur quel sujet pouvons-nous vous aider ?

Veuillez remplir le champ obligatoire

/ 250 Caractère

Veuillez respecter la longueur maximale des caractères

* Veuillez remplir le champ obligatoire

Veuillez accepter notre protection des données

Votre demande n'a malheureusement pas pu être envoyée en raison d'une erreur système. Veuillez réessayer ultérieurement.

Loading
Malheureusement, aucun résultat n'a pu être trouvé.
Tous les résultats pour le terme de recherche

Innovations et présence mondiale : gages d’une croissance durable


19/10/22

Be the first. C’est sous ce slogan qu’ENGEL présente ses solutions et produits innovants pour une industrie plastique plus durable à l’occasion du salon K 2022 qui se tient du 19 au 26 octobre à Düsseldorf. Efficacité énergétique, économie circulaire et numérisation sont les thèmes clés et les tendances offrant les principaux potentiels de croissance en ces temps encore difficiles.

Pour la direction d’ENGEL, le K 2022 est un baromètre important pour l’ensemble du secteur, car les commandes régressent, comme en témoigne Stefan Engleder, PDG d’ENGEL. L’entreprise continue néanmoins d’investir dans l’optimisation de l’efficacité énergétique, véritable leitmotiv du K 2022. En effet, les solutions efficaces sont une question de survie pour l’Europe. La numérisation et l’économie circulaire apportent une contribution majeure à la réduction de la consommation énergétique dans la plasturgie et à la protection du climat.

« Nous avions très hâte d’être au K 2022. Enfin les échanges en personne avec les clients et partenaires internationaux sont à nouveau possibles sur un salon », déclare Stefan Engleder au début du plus grand salon mondial de l'industrie du plastique et du caoutchouc. « Pour nous, le K est comme les Jeux olympiques. Nous développons des produits et des solutions pendant plusieurs années dans cet objectif et nous réjouissons lorsque nous pouvons enfin présenter nos innovations à un large public. »

Les trois thèmes clés qui animent les deux stands d’ENGEL sont étroitement liés. La numérisation offre des outils pour produire de façon plus efficace sur le plan énergétique et boucler les cycles des matières. Seule la combinaison des trois permet de réduire l’empreinte carbone du moulage par injection afin de soutenir activement la protection du climat. « Les idées et les solutions pour une industrie plastique plus durable étaient déjà là lors de la dernière édition du K. Cette année, le secteur va prouver qu’il ne s’agissait pas d’un feu de paille. Nombre de ces solutions sont aujourd’hui mises en pratique avec succès et la demande est grande. »

Le développement durable : un moteur de développement et de croissance

Atteindre les objectifs de durabilité nécessite une multitude de nouvelles technologies et les investissements se poursuivent en conséquence, malgré l’incertitude nourrie en particulier par les évolutions géopolitiques. Depuis le mois d’août, ENGEL enregistre un léger recul des commandes, notamment en raison des difficultés des secteurs du bâtiment et des infrastructures. En revanche, l’automobile se porte encore bien dans le monde.

Outre la situation géopolitique, les perturbations toujours sensibles des chaînes d'approvisionnement et l’énorme bond des prix de l’énergie et des matériaux comptent parmi les principaux problèmes. ENGEL s’attend à une baisse supplémentaire de la demande, même si la direction dresse un tableau positif des perspectives à moyen et long termes. « La plasturgie reste un marché en expansion », souligne Stefan Engleder.

L’Europe centrale très durement touchée par la cherté de l’énergie

Jouissant d’un carnet de commandes encore relativement bien rempli, ENGEL prévoit de clore l’exercice 2022/2023 en cours en mars 2023 avec un très léger mieux par rapport à l’exercice précédent. L’objectif est d’atteindre le niveau de 2018/2019, c’est-à-dire d’avant la crise, dont le chiffre d’affaires s’était alors élevé à 1,6 milliard d’euros. Dès l’exercice 2021/2022, ENGEL a réussi à compenser presque entièrement la chute qui a suivi la crise automobile et le début de la pandémie du COVID-19. Le groupe a alors généré un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros, soit une augmentation de 36 %. 50 % provenaient d’Europe, 27 % d’Amérique, 21 % d’Asie et les 2 % restants des autres régions.

Pour ENGEL, l’Allemagne reste le principal marché national, particulièrement axé sur la technologie, tout comme l’Autriche et la Suisse. Cette région est frappée de plein fouet par l’inflation des prix de l’énergie. Cela se ressent dans les nouveaux investissements, qui reflètent une forte demande en solutions énergétiquement sobres.

On observe une situation similaire en Europe de l’Est. Là aussi, les entreprises sont confrontées à des difficultés existentielles dues à la flambée des prix de l’énergie. Les investissements se limitent aux nouveaux projets essentiellement axés sur les solutions les moins gourmandes.

Après un exercice 2021/2022 particulièrement fructueux, l’Europe de l’Ouest reste sur un rythme de croissance, surtout grâce à l’industrie automobile, l’Italie et la France représentant la part du lion de ce succès. On constate également une certaine croissance dans le domaine des conditionnements. Lors de l’exercice précédent, ENGEL avait engagé des experts du secteur pour ces deux pays afin de renforcer le savoir-faire des équipes locales.

L’Amérique continue de profiter de la tendance à la relocalisation

Malgré ce contexte économique difficile, l’Amérique du Nord affiche elle aussi des affaires en excellente santé, avec une nette croissante dans les conditionnements. ENGEL bénéficie globalement dans cette région de la tendance persistante à la relocalisation. Grâce à son programme fast track, ENGEL a su réagir rapidement à la forte demande de machines rapidement disponibles et se voit attribuer de nombreux projets grâce à cette stratégie. En raison de la récession, ENGEL prévoit une baisse de la demande en Amérique du Nord à court terme. Par contre, ce marché offre les conditions idéales pour une croissance forte à moyen et long termes, sous l’impulsion du développement de la mobilité électrique ainsi que du recours accru aux matières recyclées, notamment pour les emballages en plastique.

Dans les pays d’Amérique latine, l’industrie automobile est le moteur de l’économie. Elle connaît un essor fulgurant au Mexique, où ENGEL participe de façon tout à fait remarquable à la croissance. Cette tendance est également visible au Brésil et en Argentine.

L’Asie du Sud-Est et l’Inde, grands gagnants de la politique zéro Covid de la Chine

En Chine, la politique zéro Covid ne laisse pas de freiner la croissance économique. « Notre avantage d’avoir une forte présence sur place », note Stefan Engleder. « Nous continuons à faire de très bonnes affaires en Chine, en particulier avec les cellules de production intégrées hautement automatisées. La Chine constitue le plus gros marché mondial pour les solutions de moulage par injection. Ce pays est et demeure très important pour nous », ajoute M. Engleder.

De leur côté, l’Asie du Sud-Est et l'Inde profitent de la stratégie Covid rigide du gouvernement chinois. Elles sont en effet devenues le point de mire des investisseurs qui se détournent de la Chine pour leurs sites de production.

Dans l’ensemble, la région METAI (Moyen-Orient, Turquie, une partie de l’Afrique et Inde) affiche un très bon développement depuis le rebond de l’industrie automobile au milieu de l’année dernière. Outre l’Inde, l’Afrique du Sud et la Turquie se distinguent par leurs résultats.

Côté Afrique du Nord, ENGEL a ouvert en début d’été une filiale dont le siège se trouve à Tanger, au Maroc. « La nouvelle offre locale est très bien accueillie par les clients. Nous avons déjà renforcé l’équipe sur place », commente M. Engleder. Par ailleurs, les capacités du centre technique sont en cours d’extension. ENGEL Maghreb coopère avec un centre de formation local qui sera bientôt équipé de deux machines ENGEL pour les essais clients et les démonstrations. En plus de l’industrie automobile, les branches Packaging et Medical offrent un vaste potentiel dans cette région.

Les secteurs s’adaptent aux nouvelles exigences du marché

Le secteur automobile a repris des forces plus vite que prévu en 2021/2022 et représente toujours une part importante des commandes. Toutefois, l’optimisme retombe, comme en témoigne le décalage actuel de certains projets, dû à l’explosion des prix de l’énergie, à l’inflation et à la guerre en Ukraine. Les investissements se poursuivent néanmoins, par exemple pour les projets d’électromobilité ou de conduite autonome nécessitant de nouvelles technologies ainsi que pour la modernisation du parc machines en vue d’une meilleure efficacité énergétique.

« La question de l’empreinte carbone ne cesse de prendre de l’importance, en particulier dans l’industrie automobile », insiste M. Engleder. « Le développement durable des fournisseurs est devenu un critère décisif pour les investissements dans les nouvelles machines et installations. Nous avons le statut d’argent dans le classement EcoVadis et nous constatons que nos clients du secteur automobile apprécient cela. »

Dans la branche Technical Moulding, le boom lié à la pandémie de coronavirus de ces dernières années s’est atténué, notamment dans les domaines du bâtiment, des produits ménagers, du sport et des loisirs. À l’inverse, les investissements dans les applications logistiques repartent fortement à la hausse. En outre, de plus en plus d'entreprises s’attachent à moderniser leur parc machines dans le but d’améliorer l’empreinte carbone de leur production. La demande de presses à injecter tout électriques et servo-hydrauliques économes en énergie continue de progresser. Par ailleurs, la transformation de matières recyclées progresse dans ce domaine en particulier.

Pour la télétronique, autre domaine très axé sur la technologie, ENGEL propose davantage de machines à injecter extrêmement précises pour les produits très exigeants, surtout dans le secteur de la micro-injection. Les secteurs des objets personnels connectés et des capteurs pour le sport, les loisirs et la santé recèlent également un fort potentiel.

Même si le boom dû au COVID-19 s’est estompé, le secteur médical est en forme, notamment concernant les dispositifs tels que les auto-injecteurs et les inhalateurs.

Dans le domaine des conditionnements, l’effet du passage aux bouchons solidaires se fait nettement sentir et stimule la demande en machines haute performance tout électriques de la série ENGEL e-cap. Les États-Unis continuent de se distinguer par une demande élevée en presses duo speed pour la fabrication de seaux. L’Europe préfère les petits emballages ménagers qui donnent lieu à de nombreux nouveaux investissements. Pour mieux accompagner ses clients dans ce contexte changeant, ENGEL a lourdement investi dans ses compétences en conditionnement : cette année, l’entreprise a ouvert sur ses sites autrichiens de Schwertberg et de St. Valentin un nouveau Packaging Center équipé de machines destinées aux essais clients, aux démonstrations et aux développements propres au secteur. De plus, elle a renforcé le savoir-faire en matière de conditionnement dans ses filiales du monde entier en y engageant des spécialistes.

Le K : une plate-forme majeure pour encourager la relève

Partout dans le monde, l’industrie doit faire face à un autre grand défi : trouver des employés qualifiés. Au-delà du changement démographique, l’image négative du plastique auprès du grand public lui donne du fil à retordre. « Il est très important de profiter du salon du plastique pour montrer aux étudiants, à toutes les personnes intéressées mais aussi et surtout aux détracteurs du plastique le rôle et l’apport de ce secteur », explique Stefan Engleder. « Le plastique est la matière de l’avenir. Une vie moderne sans plastique est impossible. Ensemble, les entreprises de l’industrie plastique œuvrent pour que tout le monde puisse utiliser les polymères de façon responsable. »

En Autriche comme dans de nombreux autres pays où sont implantées ses filiales, ENGEL s’engage activement pour la formation aux métiers du plastique dans les universités et les écoles à travers le prêt de machines, des offres de stages et de travaux de fin d’études ainsi que des activités de développement communes.

Afin d’assurer la relève de sa main-d’œuvre qualifiée dans ses usines, ENGEL étend son offre de formations en interne. L’an dernier, l’usine ENGEL aux États-Unis a instauré une formation technique professionnelle qui compte aujourd’hui 13 apprentis.

Dans les trois usines autrichiennes, 71 jeunes femmes et hommes ont commencé leur formation professionnelle en septembre, un chiffre inédit. Ce succès est d’autant plus réjouissant que la part de femmes a encore augmenté et qu’elles représentent cette année un quart des nouveaux venus.

Le groupe ENGEL compte au total environ 400 apprentis, en Autriche, en Chine, en Tchéquie, en Allemagne et aux États-Unis.

« Il est très important de profiter du K 2022 pour montrer aux étudiants, à toutes les personnes intéressées mais aussi et surtout aux détracteurs du plastique le rôle et l’apport de ce secteur. ».

Stefan Engleder, PDG du groupe ENGEL

L’usine ENGEL, au siège de l’entreprise à Schwertberg, en Autriche, est encore bien occupée.

Afin de répondre au besoin croissant en main-d’œuvre qualifiée, ENGEL investit massivement dans la formation en interne. En Amérique du Nord, ENGEL a récemment lancé un nouveau programme d’apprentissage.

Romain Reyre

Directeur Général

Écrivez-nous

L'équipe ENGEL se tient à votre disposition pour vous apporter son vaste savoir-faire en matière de moulage par injection.